Pourquoi ces règles ? Parce que c’est comme ça!

Vivre le confinement en France

A la fin de la journée de mon anniversaire le 29 octobre à 23h59, le deuxième confinement en France pour lutter contre la propagation du coronavirus est entré en vigueur.

Plus tôt dans la soirée j’ai fêté mon anniversaire avec ma famille sur Internet, car nous vivons dans trois pays, en Norvège, en Allemagne et en France.

Je trouve que quand la lutte contre la pandémie nécessite de limiter nos libertés et que notre vie est altérée de ce fait, le but devrait être de rendre notre quotidien le plus agréable possible !

Et pour rendre mon anniversaire le plus agréable possible, j’ai invité ma famille à un buffet de gâteaux en réunion virtuelle, où tous ont apporté un gâteau. Nous avons bu du café et mangé du gâteau, nous avons parlé et ri ensemble. Une très agréable soirée !

Mon anniversaire avec ma famille en réunion virtuelle

Rendre le quotidien des gens le plus agréable possible malgré les restrictions dues à la pandémie. Je me demande si l’idée est seulement venue à l’esprit du Président Macron ?

Les règles de confinement décrétées par le président me font plutôt penser à un système pénitentiaire.

Le premier mois du confinement depuis fin octobre, nous étions enfermés à la maison avec le droit de nous aérer une heure par jour dans un périmètre d’un kilomètre autour de notre domicile. Cela me fait penser à la promenade quotidienne des détenus dans la cour de prison !

Une permission pour faire une promenade d’une heure seulement sous peine d’amende de 135 euros, ce n’est pas une promenade relaxante. Il faut qu’on regarde souvent l’heure. Malgré cela, plusieurs fois, j’ai tout à coup réalisé qu’il me restait peu de temps pour regagner mon domicile à temps. Il fallait essayer de courir au cas où les gendarmes se seraient positionnés quelque part sur mon trajet.

Puis le 28 novembre notre droit de promenade s’est élargi à trois heures et vingt kilomètres.

Pourquoi le gouvernement a-t-il choisi au début une heure dans un périmètre d’un kilomètre et maintenant trois heures dans un périmètre de vingt kilomètres ? Pourquoi pas deux heures dans un périmètre de quatre kilomètres ou quelque autre choix pour les heures et le périmètre ? Je ne le comprends pas.

De ces trois pays où habite ma famille, la France est jusqu’à ce jour le seul pays à imposer un confinement à la population. Et il n’y a ni en Norvège ni en Allemagne des attestations de déplacement dérogatoire à remplir et à signer à chaque sortie.


Attestation de déplacement dérogatoire

Nous sommes nous-mêmes les gardiens de ce système de confinement. C’est à nous de veiller à remplir correctement la bonne attestation pour chaque sortie. Mais en fin de compte nous sommes bien sûr sous surveillance des gendarmes qui peuvent arriver à tout moment pour nous contrôler. Une erreur ou un oubli peut vite coûter cher, entraînant une amende de 135 euros pour la première violation.

Si on a l’intention de sortir pour promener son chien ou faire du jogging on peut activer une surveillance électronique sur le smartphone qui par signal sonore nous avertit quand nous sommes en train de franchir le périmètre autorisé. Alternativement, nous pouvons imprimer notre « cercle de liberté » et l’emporter dans la poche où se trouve déjà l’attestation de déplacement dérogatoire.

Le périmètre d’un kilomètre [1]https://covidradius.info/

Mais moi, j’ai encore une autre feuille dans ma poche : le plan du périmètre rouge dans notre ville où le port de masque est obligatoire selon d’un arrêté du préfet du Finistère le 21 octobre 2020, prolongé le 16 novembre jusqu’au 16 décembre.[2]https://twitter.com/LeRelecqKerhuon/status/1318842736775225345

Je connais bien notre ville, où j’ai promené mon chien tous les jours à différentes heures pendant plusieurs années, y compris dans la zone qui est marquée rouge depuis le 21 octobre. Je n’ai croisé que peu de gens, et il n’y a jamais eu de problème de distanciation sociale. Je me demande où se trouvent les gens que je dois protéger avec mon masque?

Cela me déprime de ne plus pouvoir respirer librement en promenade dans notre ville, sans comprendre pourquoi on a sous peine d’amende de 135 euros déclaré le port du masque obligatoire dans une certaine zone.

J’essaye le plus possible d’éviter le périmètre rouge en consultant le plan.

Mon plan du périmètre rouge

A quel point le Président Macron a-t-il pris en considération les conséquences psychiques des différentes mesures et particulièrement du confinement ?

Subir le confinement, c’est éprouvant pour chacun de nous, mais pour 16 % d’entre nous, le confinement rend le quotidien encore plus dur car cela signifie un enfermement en isolement.

En France 16 % de la population, soit 10,5 millions de personnes, vivent seules. Et 2,4 millions de ces personnes sont âgées de 75 ans ou plus.[3]https://www.insee.fr/fr/statistiques/4478728?sommaire=4476925#titre-bloc-8

Sur la nouvelle « Attestation de déplacement dérogatoire » du 27 novembre 2020 on doit cocher la case de ce paragraphe pour la permission de sortir pour respirer le grand air :

« Déplacements en plein air ou vers un lieu de plein air, sans changement du lieu de résidence, dans la limite de trois heures quotidiennes et dans un rayon maximal de vingt kilomètres autour du domicile, liés soit à l’activité physique ou aux loisirs individuels, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes,soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie. »[4]https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/27-11-2020-attestation-de-deplacement-derogatoire.pdf

Quand on remplit son « Attestation de déplacement dérogatoire », on doit donc signer que quand on sort de sa maison c’est « à l’exclusion … de toute proximité avec d’autres personnes… ».

Pour les personnes qui vivent seules, soit retraitées, soit personnes qui travaillent en télé-travail cela signifie qu’elles sont enfermées seules chez elles toute la journée, et même quand elles sortent, elles sont obligées de rester sans contact avec d’autres personnes.

Promenade le dimanche, 29 novembre. En extérieur et dans la zone rouge de notre ville.

Pas de promenade avec une amie, un ami ou un membre de la famille qui est confiné ailleurs, non, la promenade est permise « avec les seules personnes regroupées dans un même domicile ».

J’ai entendu des conseils comme « on peut quand même sortir en binôme car une personne peut marcher un peu devant ou derrière l’autre, et si on voit des gendarmes, on prétendra que l’on ne se connaît pas… ».

Je trouve scandaleux que les habitants adultes vivant seuls doivent inventer de tels stratagèmes pour échapper un petit moment à leur isolement !

Avec une « Attestation de déplacement dérogatoire » ou un « Justificatif de déplacement professionnel », c’est autorisé de se rendre dans un espace confiné où le risque de contamination par le coronavirus est beaucoup plus élevé qu’en plein air. En portant un masque on peut prendre le bus pour faire ses courses. Et pour aller au travail en outre le transport en commun, aussi le covoiturage est autorisé pour jusqu’à quatre personnes dans le même véhicule.

Mais deux amis ne sont pas autorisés à faire une promenade ensemble en plein air où le risque de contamination par le coronavirus est faible, surtout quand on porte un masque.

Les numéros verts pour « L’aide à distance en santé pendant l’épidémie de COVID-19 »[5]https://www.santepubliquefrance.fr/a-propos/services/aide-a-distance-en-sante-l-offre-de-service peuvent être utiles pour les personnes en détresse, mais on a avant tout besoin de contact et d’ échanges en personne avec des amis ou de proches !

Il semble qu’en Allemagne la chancelière Angela Merkel a surtout à cœur le bien-être des habitants en cette période de pandémie. Sur le site du gouvernement allemand on peut lire :

« Limitez-vous pour le sport aux activités en solo ou en binôme. Profitez de ce temps pour des promenades au grand air – cela fait du bien au corps et à l’ esprit. » [6]« Beschränken Sie sich beim Sport auf Aktivitäten allein oder zu zweit. Nutzen Sie die Zeit für Spaziergänge an der frischen Luft – das ist gut für Körper und Geist. » [7]Was im Winter wichtig ist (bundesregierung.de)

Quelle bonne nouvelle pour les personnes qui vivent seules en Allemagne ! Il n’y a pas de confinement et on peut échanger avec une autre personne pendant une promenade !

En France, je me demande s’il n’y a pas de psychologues cliniciens, ou de psychiatres parmi les conseillers du Président Emmanuel Macron auprès desquels il pourrait se renseigner sur les conséquences psychiques de l’isolement sur les personnes confinées et vivant seules ?

Pour moi, c’est totalement incompréhensible pourquoi le gouvernement français a pris ces mesures qui renforcent l’isolement des personnes vivant seules car elles peuvent avoir de graves conséquences sur leur santé mentale !

En éducation des enfants, une explication peut aider les enfants à accepter les règles qu’on leur impose.

Cela ne devrait-il pas, a fortiori, également s’appliquer aux habitants adultes d’un pays ?

Et si on n’a pas une bonne raison justifiant une règle on la laisse tomber, non ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.